Premier site francophone entièrement consacré à Xenosaga Accueil | Edito | Contact | Liens | Web | Forum | Livre d'or | Archives

  ¤ Xenosaga
  ¤ Univers
  ¤ Personnages
  ¤ Lieux Visités
  ¤ Lexique




  ¤ Xenogears
  ¤ Monolith Soft
  ¤ Dossiers
  ¤ The Animation
  ¤ Book Guide
  ¤ Le coin d'Allen


  ¤ Pied Piper
  ¤ Freaks
  ¤ I.II



Xenogears

Etait-il possible de faire un site sur Xenosaga sans jamais aborder le thème de Xenogears ? De notre avis à tous, la réponse est non. C’est pourquoi nous avons décidé d'ajouter une petite partie Xenogears à notre site. Nous n’avons pas la prétention d’en faire une immense partie ultra détaillée mais juste une présentation afin de rendre hommage à ce jeu sans lequel Xenosaga n’existerait sans doute pas. Si vous désirez voir cette partie se développer plus n’hésitez pas à nous le faire savoir, nous pourrons alors peut être la compléter. Après cette petite explication entrons vite dans le vif du sujet !

La génèse d'un mythe
C’est donc en 1998, alors que tout le monde avait les yeux rivés sur la sortie prochaine de Zelda Ocarina of Time et de Final Fantasy VIII que Squaresoft sort alors un jeu qui va marquer à vie des dizaines de milliers de joueurs à travers le monde. Ce jeu c’était Xenogears, un jeu que peu de gens attendaient et dont on avait très peu entendu parler avant sa sortie. Il a même reçu un accueil plutôt froid de la part de nombreux magazines de jeux vidéo (dont notamment le célèbre Console +). Mais voilà très rapidement les gens ont pu y jouer et très vite grâce au bouche à oreille le jeu a su se faire une réputation qu’il gardera à vie et deviendra ainsi un mythe dans le monde des jeux vidéo ! Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que les mêmes magazines qui l’avaient critiqués ont par la suite retournés leur veste après que les fans aient donné leur point de vu… Mais en quoi ce jeu est-il si spécial aux yeux de certains joueurs ? Nous allons tenter de l’expliquer dès maintenant !

L'origine de tout...
Le jeu commence par une citation de la bible qui deviendra mythique pour beaucoup :
I’m Alpha and Omega,
the beginning and the end,
the first and the last

S’en suit alors une scène mélangeant habilement image de synthèse et animation. Cette scène nous montre un vaisseau interplanétaire, l’Eldridge, qui est en proie à d’énormes problèmes. On ne comprend pas exactement tout ce qui se passe mais une chose est sûre, l’équipage perd le contrôle du vaisseau qui semble être pris d’assaut par une entité. Le commandant donne alors l’ordre d’évacuer mais en vain, le navettes de sauvetage se font détruire les unes après les autres par les propres canons du vaisseau. Le vaisseau étant en train de s’approcher dangereusement d’une planète, le commandant déclenche le système d’autodestruction. Les débris s’écrasent quand même sur la planète et de ces débris naît une femme aux cheveux violets.

Le début d'un combat
Le jeu reprend alors beaucoup plus tard dans le village de Lahan qui se situe sur Ignas. Ce village est situé en bordure d’Aveh et Kislev, deux nations qui sont en guerre depuis des siècles. Dans ce village paisible vit Fei Fong Wong. Fei est arrivé dans ce village un jour de pluie alors qu’il était gravement blessé et inconscient. C’est un homme vêtu d’une cape et d’un masque qui l’a déposé ici. Toujours est-il que Fei n’a aucun souvenir de son passé et que la seule chose qui l’importe à l’heure actuelle c’est le mariage demain entre Alice et Timothy, ses deux meilleurs amis. Il part d’ailleurs chercher chez le docteur du village, Citan Uzuki, du matériel vidéo afin de filmer le mariage.
Après avoir passé une bonne partie de la journée chez Citan, Fei rentre le soir quand soudain plusieurs gears (des robots de combats très puissants) se posent dans Lahan. Une bataille éclate, réduisant tout en ruine. Fei et Citan arrivent là bas en catastrophe et assiste à la scène impuissants. Alors qu’ils tentent de sauver un maximum de personnes, Fei passe devant un gear dont le pilote est mort et une série de flashs étranges traverse son esprit. Fei monte alors quasiment inconsciemment dans le gear et commence à le manipuler sans aucune difficulté. Bien qu’il fasse son possible pour protéger le village, il va alors assister impuissant à la mort de Timothy. Fei va alors entrer dans une sorte de transe et en quelques secondes il va détruire tout le village dans une énorme explosion. Alice qui était alors présente n’y échappera pas.
Fei se réveillera plus tard et n’aura aucun souvenir de ce qui vient de se passer. Les survivants du village eux par contre vont commencer à avoir peur de lui et à le traiter d’assassin. Fei n’aura alors pas d’autre solution que de quitter son village.
Vous voila ainsi parti pour plus de 60 heures de scénario en béton armé et j’ai bien dit 60 heures de scénario pas 20 heures de scénario et 40 de quêtes annexes ! Car la force de Xenogears ne réside pas en ses graphismes mais en son scénario.

Un visuel légèrement décevant
Tiens parlons en des graphismes étant donné qu’il s’agit du seul point négatif de ce jeu. Il faut dire ce qui est, même lorsque le jeu est sorti, il était déjà loin d’arriver à la cheville des autres productions du même genre. Le jeu est très pixellisé et très polygoné. Ce n’est pas ignoble mais ce n’est pas non plus un chef d’œuvre à ce niveau. Le jeu dispose quand même d’effet de lumière sympathique (notamment lors des attaques spéciales en gear) mais encore une fois en comparaison à une invocation dans Final Fantasy VIII, tout ceci semble bien léger… On retiendra quand même les persos qui sont très stylé « manga », ce qui donne un certain charme au jeu. Pour ce qui est des cinématiques, là le problème est différent. Au début du jeu elles sont vraiment sublimes mais voila, plus le jeu avance et plus elles deviennent moches. L’explication : un problème de budget est survenu au cours du développement du jeu. Nous y reviendront plus tard.

Des musiques marquantes
Quand est-il des musiques? Elles sont toutes composées par Yasunori Mitsuda (pour en savoir plus sur lui jetez un coup d’œil à l’OST guide de l’épisode I) qui réalise ici une de ses meilleurs OST ! Chaque morceau accompagne à merveille les scènes et les endroits que l’on visite. Il est même possible de se retrouver à poser sa manette à terre juste pour pouvoir écouter un peu plus une des somptueuses mélodies de Mitsuda ! Et quand on en arrive à ce point, ça montre vraiment que l’on a affaire à une très grande OST ! Une merveille dont vos oreilles vont avoir du mal à se remettre !

Un système de combat original
Voyons maintenant le système de combat qui est très original. Les combats se déroulent au tour par tour selon le principe de l’ATB (Active Time Battle). Pour faire simple dès que votre barre d’ATB est pleine, votre personnage peut agir. On retrouve les habituelles commandes de magies et de garde. L’originalité du système de combat réside dans la commande attaque. Après l’avoir choisie, votre personnage dispose d’un certain nombre de point d’action pour frapper l’adversaire. Il peut alors donner un coup léger, un coup moyen ou bien un coup fort, chaque coup étant représenté par un bouton de la manette et consommant un certain nombre de point. En fonction de l’enchaînement de coup choisi le personnage peut parfois même exécuter une attaque spéciale engendrant encore plus de dégât ! On peut aussi économiser les points afin de sortir des enchaînements d’attaques spéciales encore plus dévastateurs ! Tout ceci donne une impression fort sympathique de jeu de combat.
Il y a aussi une autre commande très importante qui permet dans certains endroits de faire monter vos persos à bord de gears. Dans certains endroits les combats se font même exclusivement à bord de gear. Le système est alors quasiment le même sauf que l’on ne peut déclencher qu’un seul coup et que l’on dépense de l’essence à la place des points. En gardant pendant un tour il est possible de réaliser une attaque spéciale au tour suivant. Il faut donc juger la meilleur stratégie entre attaquer tout le temps ou bien attaquer moins souvent mais de façon plus puissante ! Plus tard dans le jeu certains gears disposeront d’attaques spéciales qui leur sont propres et qui sont souvent très impressionnantes.

Un scénario exceptionnel
Revenons maintenant sur le point le plus important de Xenogears : son scénario. Le jeu dispose d’un scénario vraiment prenant, complexe et long avec de nombreux rebondissements en tout genre. Chaque heure est un véritable bonheur et on se creuse souvent les méninges pour essayer de comprendre tout le scénario tellement il est complexe ! Il ne faut pas non plus oublier les personnages, tous très travaillés sans exception, des héros aux méchants en passant par les personnages secondaires. Ils sont tous très variés et possèdent une histoire très complexe qui vous surprendra à plus d’une reprise. De plus aucun événement dans le jeu n’est « parachuté » et grâce à une mise en scène impeccable, chaque scène est tout simplement bluffante ! Il faut noter aussi que le jeu véhicule par moment un message assez violent contre la religion ce qui lui a valu quelques petits problèmes lors de sa sortie américaine, entraînant la censure de quelques dialogues et de quelques noms.

Une grande durée de vie
Parlons maintenant de la durée de vie. Il faut à peu près 70 heures pour voir le jeu dans sa totalité. Au cours de ses 70 heures je peux vous l’assurer, vous passerez au moins 60 heures à jouer uniquement dans le scénario (tout dépend de votre façon de jouer) ne laissant que peu de place aux quêtes annexes. D'ailleurs les quêtes annexes sont relativement peu nombreuses et elles se résument à quelques lieux cachés sur la carte. Pourquoi avoir mis si peu de quêtes annexes ? Sûrement encore à cause des problèmes de budget.

La fin de Xenogears et le début d'une saga...
A force vous devez sûrement vous demander quels sont ces fameux problèmes de budget. En fait lorsque Tetsuya Takahashi et son équipe développaient Xenogears, ils se sont aperçus que le budget alloué au jeu ne leur serait pas suffisant. Mais voila, Squaresoft n’avait aucunement envie de débloquer de l’argent supplémentaire pour un jeu dont le succès était incertain. Ils préféraient nettement plus miser leur argent sur leur prochain blockbuster qu’était Final Fantasy VIII. Le résultat de cette coupure de budget : un cd 2 au déroulement vraiment spécial, des donjons et des gears supprimés, des quêtes annexes en moins et des cinématiques dont la qualité va en décroissant.
Takahashi en voudra toujours à Squaresoft à ce sujet. Bien que Xenogears était censé être le cinquième épisode d’une grande saga de six épisodes (d’après le Perfect Works) Takahashi décidera de quitter Squaresoft avec toute son équipe afin de créer Monolith Software et ainsi pouvoir faire la vraie saga dont il avait toujours rêvé : Xenosaga était né.

Voici donc une brève présentation de ce monstre qu’est Xenogears. Il faudrait un site entier pour pouvoir parler plus en profondeur de ce jeu. Cependant nous espérons que cette partie aura permis à certains de se remémorer de sublimes heures de jeu et à d’autres l’envie de jouer à ce petit bijou.












Quel est votre E.S. des Testaments préféré ?

Naphtali
Simeon
Dan
Judah



Site créé par Van, Ange Bleu et Dark Sol
Copyright © 2004, 2015 - Zohar Project - Tous droits réservés
Copyright © Xenosaga (Monolith Software)
Version 1.1